Métastases

1er Hôpital Universitaire français par sa taille, l'hôpital Pitié Salpêtrière regroupe l'ensemble des activités médicales existantes, hormis la pédiatrie (sauf pédopsychiatrie), la dermatologie, le traitement des grands brûlés.

Hôpital Universitaire Pitié Salpêtrière

MÉTASTASES

Les métastases cérébrales désignent un cancer qui a pris naissance dans une autre partie du corps et qui s’est propagé au cerveau. Les métastases cérébrales sont bien plus courantes que le cancer du cerveau primitif.

Certains types de cancer sont plus susceptibles de se propager au cerveau que d’autres. Les types de cancer qui s’y propagent le plus souvent sont ceux provenant du poumon, du sein, de la peau (mélanome), digestif, rénal.

Le cancer peut se propager à n’importe quelle partie de l’encéphale, sous forme d’une ou plusieurs lésions. Le cancer peut aussi se propager aux méninges. Dans ce cas, on parle de métastase leptoméningée ou de carcinomatose méningée.

Le symptôme le plus courant des métastases cérébrales est le mal de tête. Il peut être provoqué par la pression de la tumeur sur le cerveau, par un œdème localisé, par un saignement ou par une hydrocéphalie.

Les autres signes et symptômes des métastases cérébrales comprennent nausées et vomissements, crise d’épilepsie, déficit neurologique.

L’IRM permet de déterminer le nombre, l’emplacement et la taille des métastases.

Les corticostéroïdes le plus souvent utilisé pour traiter les métastases cérébrales est la dexaméthasone (Decadron). On l’administre habituellement au moins deux fois par jour jusqu’à ce que les symptômes soient soulagés. Ensuite, on diminue graduellement la dose de dexaméthasone afin de prévenir ses effets secondaires à long terme.

La radiothérapie externe est fréquemment utilisée pour traiter les métastases cérébrales. On peut l’administrer au cerveau en entier ou à des régions très spécifiques. La radiothérapie peut être employée seule ou en association avec d’autres traitements tels que la chirurgie. On administre habituellement de la dexaméthasone avant et après la radiothérapie.

L’irradiation encéphalique totale est le traitement standard lorsqu’il y a de nombreuses métastases cérébrales. Pour ce traitement, on a recours à la radiothérapie externe. La radiothérapie est dirigée à travers le cuir chevelu et le crâne pour atteindre l’encéphale entier. On l’administre habituellement une fois par jour pendant 5 ou 10 jours.

La radiothérapie stéréotaxique peut être employée lorsqu’il y a trois petites métastases cérébrales ou moins. Il s’agit d’une forme de radiothérapie externe permettant d’administrer une dose élevée de radiation à une région très spécifique du cerveau, épargnant ainsi les tissus cérébraux sains autour de la tumeur. Le nombre de séances nécessaires dépend du nombre, de l’emplacement et de la taille des métastases à traiter ainsi que d’autres facteurs.

Les effets secondaires de la radiothérapie varient surtout selon le type de radiothérapie, la région du cerveau à traiter et la durée du traitement. Les effets secondaires courants de la radiothérapie dirigée vers le cerveau comprennent la perte de cheveux, la fatigue et les troubles de mémoire.

La chirurgie est le traitement standard lorsqu’il n’y a qu’une seule métastase cérébrale, que celle-ci peut être enlevée de façon sûre et que le cancer primitif est stable ou maîtrisé. S’il y a plus d’une tumeur, on a parfois recours à la chirurgie si leur nombre est petit ou si elles sont regroupées ensemble. On administre souvent une irradiation cérébrale totale après la chirurgie.

Le type de chirurgie employé pour traiter les métastases cérébrales est appelé craniotomie. Le neurochirurgien enlève temporairement une partie du crâne pour pouvoir atteindre le tissu cérébral et retirer les métastases.

Les effets secondaires de la chirurgie dépendent principalement de l’emplacement des métastases cérébrales et comprennent des saignements, l’enflure du cerveau et des crises d’épilepsie.

Le traitement ciblé a recours à des médicaments qui reconnaissent et s’attachent à des substances spécifiques (comme des protéines) situées à la surface ou à l’intérieur des cellules cancéreuses. Ces substances contribuent à l’envoi de signaux qui indiquent aux cellules de croître ou de se diviser. Les agents ciblés bloquent ces substances pour arrêter ou ralentir la croissance et la propagation des cellules cancéreuses.

Le traitement ciblé peut être employé pour limiter la croissance des métastases cérébrales issues de certains types de cancer. En voici quelques exemples :

  • Le lapatinib (Tykerb) est administré en association avec un agent chimiothérapeutique appelé capécitabine (Xeloda) pour traiter le cancer du sein HER2 positif.
  • Le dabrafénib (Tafinlar) est utilisé pour traiter le mélanome.
  • Le géfitinib (Iressa) est utilisé pour traiter le cancer du poumon non à petites cellules.

Les effets secondaires du traitement ciblé dépendent surtout du type et de la dose du médicament administré.