Présentation des premières conclusions de l’Etude INSIGHT (maladie d’Alzheimer)

1er Hôpital Universitaire français par sa taille, l'hôpital Pitié Salpêtrière regroupe l'ensemble des activités médicales existantes, hormis la pédiatrie (sauf pédopsychiatrie), la dermatologie, le traitement des grands brûlés.

Hôpital Universitaire Pitié Salpêtrière

Présentation des premières conclusions de l’Etude INSIGHT (maladie d’Alzheimer)

dsc03514 L’étude INSIGHT est une étude d’observation de sujets  âgés,  bien portants et sans trouble  cognitif, qui ont accepté d’être suivis par des équipes de chercheurs de l’Institut de la Mémoire et de la Maladie d’Alzheimer (Pitié Salpêtrière/AP-HP) et de l’Institut du Cerveau et de la Moelle épinière (ICM), rassemblés au sein de l’IHU-A-ICM, en collaboration avec la cohorte MEMENTO et avec le soutien des laboratoires PFIZER.
Cette étude observationnelle et dans un seul centre est la première du genre dans le monde. Elle est dirigée par le Professeur Bruno DUBOIS, directeur du centre des maladies cognitives et comportementales de la Pitié Salpêtrière, et a pour visée d’identifier les facteurs de développement  de la maladie d’Alzheimer.

Le mercredi 25 janvier 2017, le Professeur DUBOIS et son équipe, a présenté les premiers résultats à mi-parcours de l’Etude INSIGHT aux participants à l’étude.  Ceux-ci ont accepté au départ que l’on identifie l’existence ou non des lésions de la maladie d’Alzheimer dans leur cerveau grâce à un examen d’imagerie. Certains d’entre eux ont ces lésions alors  qu’ils n’en présentaient aucun des symptômes. Grâce aux examens réguliers, réalisés tous les six mois, il est possible de déterminer les facteurs qui favorisent ou qui indiquent une évolution vers la maladie. Cette étude apporte des informations jusque-là inconnues sur les  mécanismes de survenue de la maladie d’Alzheimer. Elle a débuté en 2014 et 318 sujets ont été inclus. Leur âge moyen est de 76 ans.  Ils ont tous eu un bilan clinique, un examen  par TEP amyloïde et au FDG,  une IRM, un EEG et un bilan biologique complet. 28 % avaient au départ des lésions de la maladie sans qu’aucun d’entre eux  n’en présente les symptômes.

dsc03513Pourquoi cette étude ? Il faut savoir que les médicaments actuellement en développement dans la maladie d’Alzheimer montrent une efficacité sur les lésions de la maladie : leur intensité diminue ou tout au moins ne progresse sous l’effet du traitement. Mais cet effet biologique ne s’accompagne pas d’une amélioration conjointe des symptômes chez les patients traités. Une des raisons avancée serait que ces essais thérapeutiques sont réalisés chez des patients trop avancés dans leur maladie. D’où l’idée que ces médicaments devraient être essayés de façon préventive avant même l’apparition des symptômes chez les sujets porteurs des lésions cérébrales de la maladie. On sait en effet que les lésions peuvent précéder l’apparition des symptômes de  plusieurs années. Mais rien ne dit que le fait d’avoir les lésions suffit à développer la maladie. Si les lésions cérébrales sont nécessaires, elles ne sont probablement pas suffisantes et d’autres facteurs associés doivent être considérés. C’est l’intérêt de cette étude observationnelle que d’apporter des réponses précises sur l’histoire naturelle de la maladie.

Les résultats à deux ans montrent que, si plusieurs dizaines de participants ont développé des lésions cérébrales, peu d’entre elles ont évolué jusqu’à atteindre un stade symptomatique  et que les  participants qui se plaignent le plus ne sont pas les individus les plus à risque de développer la maladie.

Lors de sa présentation devant une assemblée comble réunie dans l’auditorium généreusement prêtée par la Fondation Louis Vuitton, le Professeur DUBOIS a tenu à répondre à toutes les questions et à remercier très longuement de leur implication les 318 participants de l’Etude INSIGHT, qui continuent de venir se soumettre régulièrement à un grand nombre d’examens tous les six mois.

Site internet de l’Im2A : http://institut-memoire.aphp.fr