Unité de Radiochirurgie GammaKnife

1er Hôpital Universitaire français par sa taille, l'hôpital Pitié Salpêtrière regroupe l'ensemble des activités médicales existantes, hormis la pédiatrie (sauf pédopsychiatrie), la dermatologie, le traitement des grands brûlés.

Hôpital Universitaire Pitié Salpêtrière

UNITÉ DE RADIOCHIRURGIE GAMMAKNIFE

Dr Charles-Amboise VALERY


Spécialiste en neurochirurgie et plus particulièrement dans le domaine de la neurochirurgie fonctionnelle et stéréotaxique et de la radiochirurgie.

En savoir plus….

Dr Pierre-Yves BORIUS

Spécialiste en neurochirurgie et plus particulièrement dans le domaine de la neurochirurgie fonctionnelle et stéréotaxique et de la radiochirurgie.

En savoir plus…

La Radiochirurgie Stéréotaxique Gammaknife permet de traiter des pathologies tumorales bénignes ou malignes ou des pathologies non tumorales de manière mini invasive. La technique consiste à opérer des lésions du cerveau sans ouvrir la boîte crânienne et sans anesthésie générale.

Son concept et le premier appareil ont été élaborés et conçus par le neurochirurgien suédois Lars Leksell dans les années 50.

Depuis, des centaines de milliers de patients ont été traités à travers le monde. La technique consiste avec un rayonnement de haute énergie (rayon gamma provenant de source de Cobalt) à cibler avec précision la lésion intracrânienne grâce à un cadre de repérage ou un masque thermoformé. Elle est parfois une alternative à la chirurgie car moins risquée ou parfois complémentaire.

Elle est réalisée :

  • pour des cibles qui sont trop profondes et difficilement accessibles par la chirurgie conventionnelle,
  • pour des patients dont l’état général ne permet pas la chirurgie ou
  • pour des patients qui préfèrent une technique moins invasive.

Les indications sont variées et comprennent aussi bien des tumeurs bénignes comme le neurinome de l’acoustique, que des tumeurs malignes comme les métastases, ou que des malformations vasculaires ou des dysfonctionnements du système nerveux :

Le mécanisme d’action est essentiellement biologique par atteinte des brins d’ADN, réactions cellulaires et processus inflammatoire (obstruction des vaisseaux malformés, destruction et blocage de la capacité de croissance des cellules tumorales). On parle de succès quand la tumeur est bloquée ou réduite dans son volume. L’effet thérapeutique est progressif et variable en fonction de la nature de la pathologie, voici quelques exemples :

  • Les tumeurs malignes sont contrôlées dans plus de 95% des cas en quelques semaines
  • Les tumeurs bénignes (neurinome, méningiome, …) sont contrôlées dans plus de 95% des cas après une période de surveillance minimale de 3 ans
  • Les malformations artérioveineuses sont oblitérées dans 60-90% des cas au bout d’une période de 3 ans
  • La névralgie faciale est soulagée dans près de 85% des cas après quelques semaines

Bien entendu les risques sont inférieurs par rapport aux risques d’une intervention à crâne ouvert qui sont plus nombreux et parfois plus graves.

En fonction du type de lésion, de sa localisation et de la proximité de structures cérébrales sensibles, cette technique peut présenter des effets secondaires ou des complications dont la nature, la fréquence et l’évolution sont des éléments discutés avec chaque patient en consultation, lors de la réflexion bénéfices/risques au moment du choix du traitement.

Le Gamma Knife® associe la précision mécanique, grâce à la fixité de ses composantes essentielles et à leur robustesse, à la sophistication du logiciel permettant de sculpter avec une grande précision la zone à irradier correspondant à la cible à traiter. La quantité de tissu cérébral normal irradié à tort est ainsi minimisée et donc les risques aussi.

On peut citer de façon générale les risques :

  • d’œdème autour de la lésion traitée nécessitant un traitement par corticoïdes en cas de symptôme
  • de rare perte de cheveux transitoire et localisée en cas de lésion très proche du cuir chevelu
  • de rare perte de sensibilité ou fourmillement du cuir chevelu en cas de compression d’une racine nerveuse lors de la pose d’une pointe du cadre de repérage, ces effets sont transitoires durant quelques semaines.
  •   de très rare infection cutanée sur un des points de fixation du cadre. Ce risque nécessite une antibiothérapie le cas échéant.

COMMENT SE DÉROULE LE TRAITEMENT ?

Le traitement peut se dérouler selon 2 modalités :

Avec Cadre stéréotaxique de haute précision inframillimétrique pour des cibles de petit volume

gama-DSC_6901-copie

Ce traitement se déroule au cours d’une courte hospitalisation (2 nuits), ou en chirurgie ambulatoire pour certaines indications.

Le patient sera à jeun à partir de minuit la veille. La procédure se déroule sur une journée :

Avec Masque thermoformé pour des cibles volumineuses

DSC_6908

Ce traitement se déroule en hospitalisation de jour le patient venant pour la séance le matin.

Une séance de préparation quelques jours au préalable permet de réaliser le masque thermoformé et l’imagerie IRM, scanner et le scanner de repérage.