Recherche – Risque de thrombose : un possible nouveau facteur

1er Hôpital Universitaire français par sa taille, l'hôpital Pitié Salpêtrière regroupe l'ensemble des activités médicales existantes, hormis la pédiatrie (sauf pédopsychiatrie), la dermatologie, le traitement des grands brûlés.

Hôpital Universitaire Pitié Salpêtrière

Recherche – Risque de thrombose : un possible nouveau facteur

risque de thrombose A l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, dans un travail transversal du pôle de Biologie Médicale et Pathologie (Pr Brigitte AUTRAN), mené dans le laboratoire d’Autoimmunité et Immunochimie dirigé par le Dr Lucile MUSSET et le laboratoire d’Hémostase dirigé par le Dr Annick ANKRI, le Dr Julien MARLET sous la direction du Dr Makoto MIYARA a montré dans une étude rétrospective que la présence d’anticorps anti-DFS70 était un nouveau facteur possible du risque thrombotique.

Les anticorps antinucléaires sont communément recherchés dans le sérum pour diagnostiquer des maladies autoimmunes systémiques comme le lupus systémique ou le syndrome de Gougerot Sjögren. Parmi ces anticorps, les anticorps anti-DFS70 sont fréquemment retrouvés chez les sujets sains. Ainsi, les biologistes du laboratoire d’Autoimmunité et Immunochimie ont confirmé les résultats d’études anciennes montrant que la présence d’anticorps anti-DFS70 était retrouvée chez 3% de donneurs sains.

Ils ont voulu connaître la signification clinique de la présence de cet anticorps en étudiant une cohorte de 421 patients, suivis à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière, et porteurs de cet anticorps.

La proportion de patients avec une maladie auto-immune était faible comme attendu, mais l’étude a révélé de façon surprenante une fréquence élevée de patients (13%) ayant présenté des thromboses inexpliquées, le plus souvent à répétition, artérielles et/ou veineuses et des complications obstétricales. En analysant les données de patients suivis en hématologie en hémostase, il a été observé qu’environ 10% des patients ayant présenté des accidents thrombotiques étaient porteurs de l’anticorps anti-DFS70.

 

Ces données indiquent que la présence d’anti-DFS70 pourrait donc être un nouveau facteur de risque thrombotique. Ce résultat doit à présent être confirmé par une étude prospective.

 

Source :

Thrombophilia Associated with Anti-DFS70 Autoantibodies
Julien Marlet, Annick Ankri, Jean-Luc Charuel, Pascale Ghillani-Dalbin, Amélie Perret, Isabelle Martin-Toutain, Julien Haroche, Zahir Amoura, Lucile Musset, Makoto Miyara
Research Article | published 23 Sep 2015 | PLOS ONE
10.1371/journal.pone.0138671