Les maladies rénales : c’est quoi ?

1er Hôpital Universitaire français par sa taille, l'hôpital Pitié Salpêtrière regroupe l'ensemble des activités médicales existantes, hormis la pédiatrie (sauf pédopsychiatrie), la dermatologie, le traitement des grands brûlés.

Hôpital Universitaire Pitié Salpêtrière

Les maladies rénales : c’est quoi ?

La néphrologie est la spécialité médicale visant à prévenir, diagnostiquer et soigner les maladies des reins. Elle est différente de l’urologie, spécialité chirurgicale s’intéressant à l’appareil génital masculin et à l’ensemble du système urinaire (reins, uretères, vessie, prostate, urètre). Le mot « Néphrologie » vient des mots grecs « nephros » (rein) et « logos » (étude). De très nombreuses maladies affectant les reins ne sont pas limitées à cet organe, mais sont des maladies générales (athérosclérose, diabète, etc.).

A quoi servent les reins ?

DSC_1800

Ils ont une fonction d’épuration, c’est-à-dire d’élimination des déchets de l’organisme, d’eau et de sel.

Ils ont aussi une fonction de sécrétion d’hormones impliquées dans l’hypertension artérielle, de substances permettant la stimulation de la fabrication de globules rouges ; ils participent aussi à la fabrication de la vitamine D.

Quelle est l’activité en hospitalisation traditionnelle ?

DSC_1814

L’hospitalisation en Néphrologie permet de faire le diagnostic et le traitement de maladies impliquant les reins. Il peut s’agir :

D’insuffisance rénale : c’est-à-dire une incapacité des reins à fonctionner correctement. Le plus souvent, les deux reins sont atteints. Il peut d’agir d’une insuffisance rénale aiguë, c’est-à-dire récente, et le plus souvent réversible, ou chronique, c’est-à-dire ancienne, qui est le plus souvent évolutive. Les maladies atteignant les reins sont très diverses. Très souvent, d’autres organes sont aussi impliqués. C’est le cas de diabète et de l’hypertension artérielle.

De troubles métaboliques : Les ions et molécules telles que le sodium, potassium, bicarbonates, calcium, phosphore peuvent être diminués ou augmentés en cas de dysfonction rénale.

Qu’est ce qu’une ponction biopsie rénale ?

DSC_1810La ponction biopsie rénale consiste en un prélèvement d’un ou de plusieurs petits fragments de rein. Un seul rein est biopsié car dans les maladies rénales, les lésions touchent les deux reins. Les fragments biopsiés sont ensuite examinés au microscope. Un délai de 2 à 7 jours est nécessaire pour obtenir le résultat de cet examen. Le but est de préciser le diagnostic (cause et/ou catégorie de maladie rénale), le pronostic (évolution future et surveillance à prévoir) et/ou le traitement.

Quelle préparation préalable ?

DSC_1802

Avant de réaliser la ponction biopsie, une prise de sang permettra d’apprécier votre coagulation. La pression artérielle sera surveillée : si elle est jugée trop élevée, des médicaments pourront être administrés afin de la faire baisser. Une prémédication anxiolytique pourra vous être administrée avant l’examen.

Quelles sont les suites immédiates ?

Après la ponction, il vous est demandé de rester au lit allongé sur le dos, afin d’éviter la constitution d’un hématome, pendant 24 heures. Vos urines sont recueillies au lit (bassin) afin d’en surveiller la coloration. Votre pression artérielle et l’existence d’une douleur sont surveillées. Le lever est autorisé le lendemain, après réalisation d’une échographie rénale.

Quelles précautions après votre retour à domicile ?

1Pendant les trois semaines qui suivent, nous vous conseillons d’éviter toute activité physique intense ou susceptible de provoquer des traumatismes (port de charge lourde, sports tels que rugby, judo, moto, équitation…). Pas de long voyage, pas de prise d’aspirine sans l’accord de votre médecin. Un arrêt de travail sera prescrit.

Pourquoi a-t-on « mal aux reins » ?

Fréquemment, les douleurs de dos sont appelées ainsi à tort. Les reins sont haut situés, sous les dernières côtes. Les douleurs2 rénales sont rares, contrairement aux douleurs de dos qui sont le plus souvent d’origine ostéo articulaire ou musculaire. Les douleurs liées aux reins sont le plus souvent unilatérales, c’est-à-dire d’un seul côté. Elles sont le plus souvent liées à un blocage d’un calcul (lithiase) dans la voie urinaire, mettant en tension les cavités rénales, ce qui donne des douleurs très particulières. Elles sont brutales, très intenses, sans position antalgique, souvent accompagnées de nausées ou vomissements.

Dois-je me faire dépister une maladie rénale ?

Les maladies rénales sont parfois révélés par des oedèmes (rétention d’eau et de sel dans les tissus sous cutanés), de l’hypertension ou des anomalies urinaires (urines rouges, mousseuses, très foncées ou quantité très diminuée). Dans ce cas il est nécessaire de consulter au moins le médecin traitant.

3Le plus souvent, les maladies rénales sont silencieuses. Le diagnostic est porté sur la prise de sang. Le marqueur d’insuffisance rénale dosé dans le sang s’appelle la créatinine.

Vous êtes à risque de maladie rénale si vous avez :

  • Du diabète
  • Une hypertension artérielle traitée ou non
  • Un âge > 60 ans
  • Une obésité (IMC > 30 kg/m²)
  • Une maladie cardio-vasculaire athéromateuse
  • Une insuffisance cardiaque
  • Une maladie de système ou auto-immune (lupus, vascularite, polyarthrite rhumatoïde…)
  • Une affection urologique (uropathie obstructive, infections urinaires récidivantes…)
  • Des antécédents familiaux de maladie rénale ayant évolué au stade d’insuffisance rénale chronique
  • Une exposition à des toxiques professionnels (plomb, cadmium, mercure, solvants organiques)
  • Un traitement néphrotoxique antérieur (AINS au long cours, chimiothérapie, radiothérapie…)

Dans ce cas, il est recommandé de faire pratiquer une fois par an un dosage de la créatininémie et un dosage de l’albuminurie réalisé sur un échantillon urinaire.

* Recommandations HAS ( Haute Autorité de Santé)